Paris, la ville la plus libérée d’Europe ?


Ah Paris… de réputation, ce serait la capitale de l’amour ! Mais un récent sondage de l’IFOP nous parle surtout de pratiques sexuelles libérées et d’un cadre conjugal souvent éclaté. Paris serait l’une des villes les plus libérées d’Europe, vraiment ?

La vie citadine : libertinage, échangisme et lieux publics

Les pratiques échangistes sont très courantes dans la capitale. Près d’un parisien sur six a déjà fréquenté un lieu échangiste : et c’est aussi qu’on trouve beaucoup de lieux de pratique. 15% d’entre eux sont allés jusqu’à échanger leur compagne ou leur compagnon, quand la moyenne nationale est à 5%. Il en va de même pour les pratiques sexuelles à plusieurs, et surtout le fameux plan à 3. Il a déjà été pratiqué par près de 30% de la population, contre un petit 16% pour l’ensemble du pays. 22% des Parisiens se seraient également déjà rendues à une orgie. Les lieux publics ou les transports en communs seraient aussi des lieux très éprouvés. On compte donc plus de pratiques, et des pratiques plus libérées. Ainsi chez les femmes, 25% ont déjà expérimenté la bifle et 84% la sodomie. On trouve aussi plus d’homosexuels et de bisexuels dans la capitale que dans le reste du pays.

Bien loin du cadre conjugal classique

 

L’amour pour toujours n’est pas vraiment du goût des Parisiens. Malgré une image très romantique, on ne dénombre que 25% de « vieux couples » dans la capitale, et près de 43% de célibataires, ce qui est largement supérieur aux moyennes nationales. Et parmi les couples existants, l’infidélité règne et les couples se séparent plus vite : le taux d’infidélité atteint les 58%.  Un homme parisien connaîtra en moyenne 19 partenaires au cours de sa vie, et 44% d’entre eux pratiquent le coup d’un soir. La prostitution est aussi une réalité qui touche toutes les tranches d’âges : on savait déjà que le pourcentage était haut chez les personnes âgées, mais il est en réalité identique chez les moins de 35 ans : près de 40% y ont déjà eu recours.